Tout d’abord un petit mot : merci par avance de partager cet article / mettre un commentaire si il t’a plu :).
Si tu veux recevoir directement les articles dans ta boite email, tu peux t’inscrire ici : Emails privés gratuits .

Vous le sentez cet a priori négatif qui plane dans notre culture sur l’ambition ?

Burk l’ambition. L’ambition ça veut dire qu’on ne se contente pas de ce que l’on a, ça veut dire qu’on est prêt à écraser les autres pour atteindre nos objectifs !

Ouh que c’est mal !

Et si vous tapez sur google “définition ambition”, voici ce qui ressort :

“Désir ardent d’obtenir les biens qui peuvent flatter l’amour-propre (pouvoir, honneurs, réussite, etc.).”

Il faut avouer que ça donne pas très envie de dire qu’on est ambitieux non ?

La vanité

Flatter l’amour-propre ça renvoie aussi une image négative. Ça fait penser à la vanité, l’un des 7 pêchés capitaux…

Encore une “histoire” qui est venue nourrir les fondamentaux de notre culture judéo-chrétienne (désolé si je choquer des croyants en parlant d’histoire, mais c’est mon point de vue).

Les mots et leur signification ont une importance forte dans une langue, car ils influencent notre culture, notre société, et donc nos pensées.

Une barrière mentale

Et là je veux mettre le doigt sur une barrière mentale forte que l’on subit, qui nous enchaîne.

Et oui une de plus…

On a peur de penser grand, on a peur d’avoir des objectifs élevés, parce que c’est mal vu.

Et si on en a, on les cache, on en parle pas.

Mais comment voulez-vous attirer à vous des opportunités qui vont nourrir vos objectifs si vous en avez honte ?

On repousse la vanité comme si c’était sale, “un péché”.

Protéger, plaire, prouver

Mais nous faisons naturellement les choses avec pour objectif de nourrir 3 besoins fondamentaux : protéger, plaire, prouver. (Merci à mon ami Gianni)

Et il faut bien comprendre que ça fait partie de notre nature fondamentale.

On peut la combattre avec toute sa force, essayer de l’ignorer, mais au final on se ment à soi-même.

C’est comme d’essayer de croire que l’on a pas besoin de manger.

Et c’est ce qui créée je pense cette espèce de schizophrénie chez les gens :

Je veux plaire aux autres mais je ne dois pas le dire ouvertement, et encore moins me l’avouer à moi-même.
Mais est-ce anormal de vouloir être apprécié ? admiré ?

Je veux des choses mais j’ai honte de le dire ou de l’admettre.
Ou alors il faut que ça reste commun et dans la norme, sinon on va être estampillé de “ambitieux”.

Accepter et contrôler ses besoins

Ce que je crois c’est que l’on a pas besoin de combattre ces 3 besoins fondamentaux de protéger, plaire, prouver.

Je crois qu’on a surtout besoin de comprendre qu’ils sont là et d’apprendre à les amadouer, à les accepter, à les contrôler et à ne pas en être esclave.

Parce que si vous ne le faites pas, si vous refusez d’accepter consciemment qu’ils sont en vous, alors ils restent présents et guident vos actions depuis votre subconscient.

Parce que le besoin est là, il ne disparaît pas, et il se manifestera d’une manière que vous ne comprendrez pas.

C’est l’une des composantes de votre mode de fonctionnement, acceptez-la et utilisez-la.

Sinon c’est comme d’essayer de conduire une voiture en ignorant l’existence du levier de vitesse, certes vous avancerez, mais dès que vous essayerez d’accélérer, vous vous retrouverez limité avec le moteur qui rugit sans comprendre pourquoi.

Je sais pas si c’est la meilleure des métaphores mais c’est celle qui m’est venue en écrivant cet article hahaha.

L’ambition en anglais

L’avantage de maîtriser plusieurs langues c’est la capacité que ça nous donne de donner une nourriture différente à nos pensées.

L’ambition en anglais n’a pas la même connotation qu’en France.

Si vous recherchez sur cet excellent site le mot ambition :

https://www.wordreference.com/enfr/ambition

uncountable (desire for success)

Vous sentez la nuance ?

Assumez

Assumez votre ambition, il n’y a rien de mal à avoir des objectifs élevés (POUR VOUS, c’est très subjectif la notion d’objectifs élevés).
Vous pouvez faire le choix de les atteindre sans galvauder vos valeurs.

Et si vous ne vous sentez pas à l’aise avec votre entourage pour les assumer, si votre entourage vous freine et vous envoi de l’énergie négative, alors il est temps d’en changer.

D’ailleurs en assumant vos objectifs, en parlant clairement de ça, vous attirerez des gens qui rentrent en résonance avec vous et qui viendront vous aider à avancer.

La loi de l’attraction, tout ça tout ça ;).

Donner l’exemple

Il y a 2 ans et demi je me suis fixé des objectifs dans ma vie jusqu’à mes 60 ans.

Je ne vais pas vous parler de celui qui est le plus ambitieux, mais de celui qui va vous sembler le plus “fou”, et hors d’atteinte.

Je n’en parlais qu’à des gens soigneusement sélectionnés, parce que j’avais peur de l’avis des autres, mais aussi parce que je n’assumais pas pleinement cet objectif.

Il est temps de l’assumer totalement, parce que ça va m’aider à en faire une réalité tangible.

Je vise un patrimoine de 100 millions d’euros minimum pour mes 60 ans.

Bien entendu je ne vise pas l’argent pour l’argent, il y a une raison essentielle qui nourrit cet objectif, mais ce sujet je ne l’évoque qu’avec certains personnes très proches et les membres de la communauté.

Conclusion

J’espère vous avoir fait réfléchir, cet article et ce partage sont là pour ça.

On ne vit qu’une fois, et les regrets arrivent vite au fur et à mesure que le temps passe.

Et la petite blague de fin pour vous donner le sourire (celle-ci elle m’a marqué) :

Aux Etats-Unis, un gars postule pour un poste de balayeur chez Microsoft.
Le directeur des ressources humaines (DRH) le convoque pour un entretien, puis lui fait passer un test (avec un balai tout neuf). Le test est concluant. Il lui dit :
– Vous êtes engagé, donnez-moi votre adresse e-mail et je vous enverrai le formulaire rempli ainsi que la date et l’heure auxquelles vous devrez vous présenter pour commencer votre travail.
Le demandeur d’emploi, bien embêté, répond qu’il ne possède pas d’ordinateur, et donc pas d’adresse e-mail…
Le DRH lui dit alors qu’il est désolé, mais que dans une société telle que Microsoft, s’il n’a pas d’adresse e-mail, cela signifie virtuellement qu’il n’existe pas, et, puisqu’il n’existe pas, il ne peut avoir le job.
L’homme ressort, désespéré, sans savoir que faire, avec seulement 10 dollars en poche…
Il décide d’aller au supermarché et d’acheter quelques fruits avec ses derniers dollars.
Ses fruits achetés, il s’en retourne à pied chez lui quand un passant l’interpelle, et lui dit :
– Oh, je vois que vous avez de splendides fruits, je suis très pressé, est-ce que vous me les vendriez pour 20 dollars ?
L’homme, trop content de cette proposition, accepte immédiatement. Mais cela lui donne une idée, et il retourne au supermarché, et achète cette fois-ci pour 20 dollars de fruits.
Et il fait ensuite du porte-à-porte pour vendre ses fruits au kilo et, en moins de deux heures, réussit encore à doubler son capital.
Il répète l’opération encore deux fois dans la même journée, doublant systématiquement son capital de départ, et revient chez lui en fin de journée non plus avec ses 10 dollars initiaux, mais 160 dollars maintenant.
Alors, il réalise qu’il pourrait vivre de cette manière.
Tous les jours, il part de chez lui un peu plus tôt et revient un peu plus tard. Ainsi il gagne quelques centaines de dollars chaque jour.
Peu de temps après, pour se simplifier la tâche, il achète une charrette… Puis un camion.
Quelques temps après, il est obligé d’embaucher, et se retrouve avec une petite flottille de véhicules de livraison.
Cinq ans passent. L’homme est maintenant propriétaire d’un des plus grand réseaux de distribution alimentaire des États-Unis. Il pense alors au futur de sa famille, et décide de prendre une assurance vie.
Il appelle un assureur, choisit un plan d’assurance et quand la conversation prend fin, l’assureur lui demande son adresse e-mail pour lui envoyer la proposition.
L’homme lui dit alors qu’il n’a pas d’ordinateur – toujours pas – et donc pas d’adresse e-mail…
– Curieux, lui dit l’assureur, vous n’avez pas d’e-mail… Et vous êtes arrivé à construire cet empire, imaginez où vous en seriez si vous aviez un e-mail ?
L’homme réfléchit quelques instants et répond :
– Je serais balayeur chez Microsoft…

Merci par avance de partager cet article / mettre un commentaire si il t’a plu :).

Ce que j’ai créé avec la communauté UMento c’est un entourage de personnes qui veulent progresser, s’améliorer, devenir meilleurs, partager en toute bienveillance.

Si ça t’intéresse, je t’invite à lire cette page et à nous contacter ici : 

5 1 voter
Évaluation de l'article
Cédric Tempestini

Cédric Tempestini

Business Angel investor. CEO Archriss, CEO UMento, COO Meliorence, Member of UMento community.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x

Emails Privés Gratuits !

1 à 2 fois par semaine :

- les nouveaux articles publiés,

- l’accès à des extraits des contenus VIP partagés au sein de la communauté UMento,

- des réductions spéciales sur nos formations,

- des invitations à des événements pour venir à la rencontre des membres de UMento.

Vous vous